Un boudoir partagé avec Georges que vous avez déjà entendu dans le premier Boudoir de Lola. Rencontré sur le chemin de la grande parade du Festival Interceltique de Lorient en 2018, Georges est né en 43 en Bretagne bretonnante, et a pas mal de réflexions à partager.

Ça ne sera pas prétexte à écouter du biniou ; ça, il faut le vivre en plein air et de façon volontaire. A la grande parade et au triomphe des sonneurs sur le FIL par exemple ; il faut vraiment les vivre et sentir l’âme celtique ou bretonne dans ses tripes. Donc, les binious, bombardes et caisses claires que vous entendrez sont captés en direct, je n’ai pas pu y échapper.
 Comme d’habitude, la musique et le texte se font écho mais très discretement.

On commence par Pierre Paul ou Jacques, un artiste qui n’a pas marché en 67, réédité par le label «Born Bad records» qui a à cœur de ressortir des perles entre bides et coups de génie. Tel un Lorientais en plein FIL ou à la mort de Radio Méduse, Pierre Paul ou Jacques chante la complainte d’un turc qui ne trouve pas de bonne musique.

———
Musique :
Pierre Paul ou Jacques
– Je suis Turc (Wizzz French Psychorama, Vol. 3)
Michel Deluneville – One Step de Chataignier, folklore cajun
Comté de Clare – 6 pieds sous la tare (from pavillon Acadie du Festival Interceltique de Lorient)
Eiffel – A Tout Moment La Rue (Bordeaux)
Lee Dorsey – Ya ya (1961)
Diabi – Les princes de la cuite (French Touch Connection)
Rone – Bye bye Macadam (Brest)
Mademoiselle K – I Can Ride A Fucked Up Bull

Lecture : Il eut été si simple de ne pas se croiser,
chapitre 5 suite : l’aéroport

Idées de sorties :
– La grande parade du Festival Interceltique de Lorient, le premier dimanche d’août.
– Les pavillons du FIL à la celtitude éloignée qui présentent de tout (provinces espagnoles ou canadiennes par exemple)
– Les marches citoyennes, ce n’est pas les sujets qui manquent. Sans être même militant, je pendes qu’il faut prendre le temps de dire aujourd’hui à nos représentants ce que nous voulons précisément.

Laissez un commentaire