La Note blanche tient à vous souhaiter une très belle et heureuse année en musique ! Pour ce nouveau cycle, je reviendrai un peu aux sources de cette émission qui est, je le rappelle, spécialement consacrée à la musique afro-américaine …

Pour commencer je reprendrai ma petite histoire sur la musique jazz. A savoir qu’elle est origine du jazz exactement ? D’où vient le mot « jazz » précisément ? L’utilisation de ce mot a soulevé d’innombrables polémiques et débats, presque autant que la définition du genre de musique qu’il est censé désigner. De nombreux historiens et critiques se sont penchés sur l’origine de ce mot. Au départ, jazz s’écrivait jass. Le mot est d’abord apparu dans les maisons closes et les bars où cette musique est née, notamment à la Nouvelle-Orléans dans le quartier mal famés de Storyville. Il est possible que des Afro-Américains aient créé ce terme pour désigner leur propre musique pendant ses années de formation. « Jazz » était alors principalement un verbe : un musicien pouvait dire « jazz it up », ce qui vouait dire : « Jazzer moi ça ». Il disait cela quand il voulait qu’un orchestre accélère le tempo d’un morceau pour le rendre plus entraînant. Dans les écrits datant de l’époque, jazz voulait aussi dire « sexe » ! Et oui, c’est avant tout de la musique organique ! Il peut aussi signifier : battre, lancer ou frapper. Le jazz est joué aujourd’hui par des musiciens de toutes les couleurs et mélange des éléments venus de toutes les musiques mais il est à l’origine afro-américain. Son histoire est lié de très près à celle du peuple noir en Amérique. Malgré tout, il a également été influencé par la musique européenne et le blues.

Accrochez vous, la Note blanche décolle …

Playlist:

  • Générique: « Musicawi » The Daktaris
  • Mixe 1: 1)« Song of Mozambique » d’Archie Shepp (08’05) 2)« Hipnosis » d’Archie Shepp (07’41)
  • Mixe 2: 1)« Love in outer space » de Sun Ra (07’17) 2)« Where pathways meet » de Sun Ra (06’32)
  • Mixe 3: « Peyote song numéro 3 » de Horace Tapscott et Arkestra (07’09)
  • Mixe 4: 1)« 3 in 1 » de Pheeroan ark Laff (06’21) 2)« All Penading » d’Edward Larry Gordon (02’33)
  • Mixe 5: 1)« A sunday kind of love » d’Etta James (03’19) 2)« Sometimes I feel like a motherless child » Katleen Emery (03’59)
  • Générique final: « Sometimes I feel like a motherless child » Katleen Emery (03’59)

Pour plus d’infos, rendez-vous sur le site officiel de la Note blanche: https://lanoteblanche.wordpress.com/2021/01/15/love-in-outer-space/

Laissez un commentaire