Un boudoir de Lola aux parfums adolescents, dans lequel nous allons finir la lecture de ma nouvelle avec son épilogue titré « début ». Et oui, la vie est un éternel recommencement.

Ecoutons les paroles d’Orelsan à l’époque Casseurs Flowters où il errait en joggos dans les rues de Caen en traînant sa misère d’ado avec Gringe ; n’empêche que pas mal de jeunes se sont retrouvés dans son rap de province, génération 2. Allez voir son film « Comment c’est loin » qui a été le point de lancement en 2015 à son ascension fulgurante. Assez facile à trouver sur le net, mais pressez vous, il commence à le mettre sur les plateformes payantes tellement il est culte.
————-
Yoav, seul à la guitare et aux manettes à ses début en Afrique du Sud. Étrangeté des boîtes de nuits.

« je l’ai appris par la rumeur », en anglais « I Heard It Through The Grapevine », version 70 par Creedence Clearwater Revival, spécial dédicace à tous les ados de 50 ans et plus.
Ah mes p’tits loulous adolescents, on sait comme c’est compliqué pour vous de nous donner des infos alors que vous être en plein questionnement. Mais n’oubliez pas que vous avez la vie devant vous et c’est un truc dont certains sont jaloux sans le savoir. Celui qui ne s’est jamais planté n’a pas risqué assez, alors voyez vos rêves comme votre avenir. Nous en reparlerons sûrement.

Musiques :
Orelsan
– Plus rien ne m’étonne (Caen, Normandie)

Yoav – Club thing (South Africa – Israël)
Credence Clearwater Revival – I Heard It Through The Grapevine (San Francisco,USA, 1970)
L’Entourloop – Weh You Come From (St Etienne)
Her – Quite like (Rennes)
WhoMadeWho – Running man (Danemark)

Lectures :
Ecrire bien sûre (TL)
Il eut été si simple de ne pas se croiser, épilogue : Début.
Sur la musique de Stefie Shock – Rêverie en Fa diese majeur

Morphotypes d’ados : le cochon d’Inde et le phasme, par Pauline

Idée de film : Comment c’est loin, réalisé par les Casseurs Flowters (Gringe et Orelsan). 2015

Laissez un commentaire