L’Histoire de la musique funk (Partie 2) : le P-funk

La Note Blanche est de retour sur Radio Balises pour la troisième partie de l’histoire de la musique funk ! Après James Brown, Sly and the family, et les JB’s, nous débuterons cette émission par les rythmes diaboliques de Georges Clinton & les Parliament-Funkadelic ! Ces dieux du funk nous viennent des USA et sont de véritables bêtes de scène …

Pour la petite histoire, Parliament-Funkadelic est un groupe funk , soul et psychédélique/rock américain. Le collectif est dirigé par George Clinton. Leur style singulier et psyché a été surnommé « P-Funk ». Collectivement, le groupe a existé sous différents noms depuis les années 1960 et a été connu pour sa musicalité haut de gamme, des paroles politiquement chargées, pour sa philosophie, son concept d’albums bizarres et surtout pour des spectacles mémorables. Ils ont influencé de nombreux musiciens, notamment des groupes post-punk dans les années 1980 et 1990 … Le P-Funk est le nom abrégé de deux groupes : Parliament et Funkadelic. À l’origine, « P-Funk » est une simple abréviation désignant les deux groupes de George Clinton, Parliament et Funkadelic, dont les membres des deux groupes étaient communs. Par conséquent, on fait souvent référence à ces groupes sous le nom de Parliament-Funkadelic. Le P-Funk peut également être un genre musical dérivé du funk avec des doses de rock, ou de la musique rock avec des semblants de funk. Le terme peut également être considéré comme une abréviation de « Pure Funk », qui est un style de musique initié par les groupes de Georges Clinton ; ou encore de Plainfield Funk, en référence à Plainfield dans le New Jersey, qui est LA ville qui a vu naître le groupe Parliament. À la fin des années 50, George Clinton et quelques autres musiciens formèrent un groupe de doo-wop nommé « The Parliaments » dans l’arrière-boutique de son salon de coiffure. Malheureusement, ils eurent peu de succès avec leur titre « (I wanna) testify ». Au cours des années 60, ils ajoutèrent un groupe pour les accompagner, qui devint connu sous le nom de Funkadelic. Parallèlement, George Clinton, le leader et producteur du groupe, continua de gérer son salon de coiffure jusqu’en 1967, et sortit leur premier single à succès. « The Parliaments » furent alors renommés « Parliament » et quelques nouveaux membres vinrent les rejoindre, notamment Bill Nelson, Tawl Ross et Eddie Hazel !

Ne perdons pas de temps mes chers auditeurs, je vous laisse danser jusqu’à la transe grâce au P-Funk dans la Note blanche !

Playlist : 

  • Générique : « Musicawi » The Daktaris
  • Mixe 1 : Parliament «Dr Funkenstein» (5’46)
  • Mixe 2 : Parliament/Funkadelic 1) « Standing On the Verge Of Getting it on » 2) Parliament (tapis instrumental) « Unfinisched Instrumental » (10’20)
  • Mixe 3 :Funkadelic  1)« Stuff & Things» 2)« No Head No Backstage Pass »  3)« Good to you Earhole » 4)« Let’s take it To The Stage » 5) »Miss Lucifer love » (17’83)
  • Mixe 4:Parliament  1)« Mothership Connection (Star Child) » 2)« Give Up The Funk » (11’56) 
  • Mixe 5 : Boosty Collins 1)(tapis instrumental) « Ahh The name is Boosty baby » (06’48)  2)« Bootzilla » (11’86)
  • Générique : « Bootzilla » Boosty Collins

Rendez-vous sur le blog officiel de la Note blanche:https://noteblanche.blogspot.com/2020/02/lhistoire-de-la-musique-funk-partie-2.html