12 # Tendresses familiales et amitiés européennes

Large place faite ce soir pour une belle histoire, dans le boudoir 
de Lola.

Une histoire d’Européens meurtris par la guerre et réconciliés quarante ans plus tard à partir d’un déserteur allemand et d’une mémé bretonne. Quarante ans semblait si court pour pardonner à l’Allemagne la montée du nazisme. Encore 5 ans et la Seconde Guerre Mondiale n’aura plus de témoins directs.
Avant de se la faire raconter sur fond de Fritz Kalkbrenner, avant le groove délicieux de l’exilé centrafricain de Bibi Tanga & the Selenites, un petit poème sur ces gestes d’amour reçus de nos parents et qu’on revit avec nos enfants. Ahh, quelle belle surprise cette mémoire du toucher. J’y ai repensé en entendant parler des mémés bretonnes, nombril de la famille, complice de ses petits enfants, enveloppant de tendresse les plus petits et pardonnant les plus grands par ses baisers.

La belle histoire : Phil’ Bout’ de Lorient, rencontré à la Tavarn ar Roué Morvan

Musique – tous ces artistes sont à découvrir en entier :
Pascal LamourLes forêts s’embrasent 
(région de Vannes)
Bibi Tanga & The SelenitesMy Heart is Jumping (Paris, originaire de Centrafrique)
Fritz KalkbrennerRuby Lee (Allemagne)
KohannBoud Bihan (triphop en breton, 2010, album « Don » )
BaucklangTransmission (chant à cappella, Allemagne)
The AmplifetesIt’s my live (Suède)

Idée de lecture : Récidive, 1938  de Michaël Foessel. PUF.
Ou comment l’Histoire se laisse aller aux mêmes shémas. 
Une présentation critique par Christian Ingrao et par ici : https://www.philomag.com/les-livres/grand-angle/recidive-1938-38113
Vous y trouverez cette citation : « René Char. Dans les Feuillets d’Hypnos, le poète-guerrier nous disait : 
« Je songe à cette armée de fuyards, 
aux appétits de dictature, 
qu’un jour reverront peut-être au pouvoir, 
dans cet oublieux pays, 
ceux qui auront survécu à ces temps d’algèbre damné. » 
Sommes-nous cette armée de fuyards aux appétits de dictature ? »

 

Laissez un commentaire