Pour ce dix-neuvième épisode et cette veille du 1er mai, on fait un point sur l’engagement des écrivains.

Traduction de Working class hero, écrit par John Lennon (lacoccinelle.net) :

Dès que tu nais ils te rabaissent
En ne t’accordant pas le moindre temps du tout
Jusqu’à ce que la douleur soit si grande que tu ne sentes plus rien du tout
C’est quelque chose d’être un héros de la classe ouvrière
C’est quelque chose d’être un héros de la classe ouvrière

Ils te font souffrir chez toi et te battent à l’école
Ils te détestent intelligent et te méprisent idiot
Jusqu’à ce que tu sois si cinglé que tu ne ne puisses plus suivre les règles
C’est quelque chose d’être un héros de la classe ouvrière
C’est quelque chose d’être un héros de la classe ouvrière

Quand ils t’ont torturé et effrayé pendant 20 bonnes années
Ils s’attendent à ce que tu embrasses une carrière
Quand tu ne peux pas tu es empli d’une grande crainte
C’est quelque chose d’être un héros de la classe ouvrière
C’est quelque chose d’être un héros de la classe ouvrière

Ils te gardent drogué avec la religion, le sexe et la télévision
Et tu te crois alors si intelligent, hors-classe et libre
Mais tu es toujours un putain de paysan à ce que je vois
C’est quelque chose d’être un héros de la classe ouvrière
C’est quelque chose d’être un héros de la classe ouvrière

Ils ne cessent de te dire qu’il y a de la place en haut
Mais tu dois d’abord apprendre à sourire en tuant
Si tu veux ressembler aux gens sur la colline
C’est quelque chose d’être un héros de la classe ouvrière

Oui, c’est quelque chose d’être un héros de la classe ouvrière
Si tu veux être un héros tu n’as qu’à me suivre
Si tu veux être un héros tu n’as qu’à me suivre