Nous allons encore une fois « jazzer » dans des univers musicos-parallèles !


Nous commencerons notre émission par un petit point historique !! Après avoir vu que le jazz remontait jusqu’en Afrique, nous allons voir que cette musique est aussi engagée et constituait un message social dans les années soixante. En effet, tout au long de son histoire, le jazz a reflété les évolutions de la société américaine. Le premier jazz de La Nouvelle Orléans avait des aires de « melting-pot » musical. La bonne humeur qui se dégageait du swing des années trente fournissait un contrepoint à la Dépression pendant que le Be-bop tonitruant marquait le réveil des années quarante. Dans les années soixante, l’engagement politique et social du jazz devient flagrant. Les musiciens afro-américains se servirent de leur musique pour affirmer leur identité et revendiquer une nouvelle place dans la société américaine. A la rencontre d’autres cultures, c’est la musique africaine qui constitue le socle du jazz. Dans les années 50, certains jazzmen renouèrent avec ces origines en utilisant des éléments africains dans leur compositions. Ce fut le cas des batteurs tel que Art Blakey ou Max Roach. Des années soixante au début des années 70, alors que les Etats-Unis étaient engagés dans un « conflit armé » au Viet Nâm et que les tensions raciales montaient dans le pays, des musiciens d’origine ethniques diverses élargirent le discours du jazz en y intégrant des références aux musiques du monde. Ce que l’on appellera maladroitement plus tard : la world music.

Pour citer un exemple de cette fusion,je débuterai cette session avec John Coltrane. John Coltrane imita au saxophone le son du sitar. Attention, à ne pas confondre avec la cithare qui est une forme d’instrument trapézoïdale. Cet instrument est donc semblable à la luth qui est très utilisé dans la musique indienne. On retrouve l’influence des musiques du monde dans des albums comme Brazilia, India ou bien Africa/Brass …

La Note blanche démarre au quart de tour sur les ondes de Radio Balises 99.8 !

Playlist :

Générique: « Musicawa » The Daktaris

1 : « Greensleeves » de John Coltrane (10’02)
2 : « In a Sentimental mood » de John Coltrane (04’19)
3 : «Lila’s dance» de Mahavishnu Orchestra (06’53)
4 : « Hope » de Mahavishnu Orchestra (01’59)
5 : « The Plum Blossom » de Yusef Lateef (04’55)
6 : « Love them from Spartacus » de Yusef Lateef (04’12)
7 : « New Horizons » de Sound of liberation (05’25)
8 : « Billie one » de Sound of liberation (02’50)
9 : « Power of soul » d’Idris Muhammad (07’07)
10 : « Superbad » d’Idris Muhammad (02’11)
11 : « Inner city blues » de Maceo Parker (04’21)

Générique: « Musicawa » The Daktaris

Rendez-vous sur le blog officiel de la Note blanche:https://noteblanche.blogspot.fr/2018/04/musique-et-revolution-en-podcast-dans.html

Laissez un commentaire