C’est une première au feeling qui ne va pas figer les choses. Nous resterons variés, éclectiques et inattendus autant que nous le sommes.

Lecture du texte Que je n’ai pas peur inspiré du paragraphe de René Char « Impose ta chance, sers ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s’habitueront ».

Rencontre de Georges parmi les spectateurs sur le parcours de la grande parade du festival interceltique de Lorient. Un  implant pour un numéro à venir. Maintenant, vous connaissez Georges. Et souvenez vous qu’il y a un Georges potentiel à qui s’adresser dans pas mal de foules où vous croyiez être seul. Allons les uns vers les autres.

Lecture de ma nouvelle poétique « Il eut été si simple de ne pas se croiser. Prologue »

——–

Musiques :
Sarah Me – T’as pas cru
Tim Dupp – Moïra Gynt
The Bongo Hop – L’autre quai
Pierre Lapointe – je déteste ma vie
Tample – Keep your distance

Vocabulaire du rivage breton : mettre dans le vivier = mettre en prison, en quarantaine, hors jeu.

Question du jour posée par Georges : « Vous et moi n’avons qu’un trou de balles. Pourquoi avoir plus ? Pourquoi avoir plus que nécessaire ? »

Musiques des génériques :
William Z Villain, Break
Kepa, A Very Long Title For a Short But Cool Song