Je voulais vous vendre du rêve mais c’est autre chose que je vous rapporte dans ce boudoir. Avec mon ami Patrice, nous avons quitté 3 jours nos univers pour un vrai break : Ouessant au départ de Brest. C’est parti d’un constat : il faut retourner régulièrement à Ouessant pour se ré-ancrer à la réalité de la Terre. Se vider la tête, se déconnecter des réseaux chronophages et des flux décérébrants.

Ouessant est l’île absolue, grandiose et inhospitalière, où l’on se prend de plein fouet, la nature et le temps, la planète toute entière. Ouessant est un phare, le Créac’h, le maître absolu de l’Atlantique Nord-Est. A son pied, on pourrait rester des heures à regarder ses faisceaux découper le ciel à l’infini, quand tous les autres ne voient que ses éclats guidant les navires et les gardant à bonne distance.

Il dit «  je suis là, passez votre chemin, loin de moi », comme un bienveillant pestiféré.

Nous allons laissé sur le bateau aller, les mauvaises courbatures, les faux problèmes. Le soleil se lève au fond de la rade de Brest, se cache sous les moutons blancs et déploie sa palette, sublime les découpes sombres de la côte. C’est marée haute. Et sans nous en apercevoir, nous avançons vers le brouillard.

Ouessant n’est pas faite pour les Hommes. Elle a été longtemps l’île des femmes et de leurs enfants, l’île de ceux qui restent piégés par leur fierté en attendant les retours. Il y a 40 ans encore, tous les hommes de l’île était marins de commerce ou de la royale. A 14 ans, les garçons partaient vivre sur les mers du monde. A 18 ou 20 ans, ils rentraient se marier et repartaient, pour ne repasser que deux fois l’an.

Pas de repos à Ouessant si ce n’est pour ceux qui ont eu une vie encore plus rude ailleurs.

Peu de plages, pas d’abris pour les bateaux qui ne soient à la merci d’un vent contraire et de ses houles. 
Des arbres bas en quelques endroits, 
sur 3 faces un aplomb déchiqueté par les vagues 
et face à Molène, une côte presque épargnée par le Fromveur qui renverse ses courants sans même la regarder. 
C’est l’île du « phare du bout du monde » du Jules Verne, ou c’est tout comme.

Il n’est qu’à croiser les vestiges de la trompette à manège pour imaginer l’ambiance. 1866, la trompette à manège devait corner dans la brume sur la pointe Ouest, mue par 4 chevaux. Entre parenthèses, on imagine l’enfer des corneurs, hommes et bêtes, au pied de l’engin. Mais, bien que chaque famille en possédât plusieurs suivant sa fortune, aucun des 350 chevaux ne fut disponible pour la mission. On installa, à regret, une machine à vapeur.

Ouessant est le paradis des mélancoliques éveillés. On part avec des envies de pensées, de marches et d’écriture. Mais la tête est à l’instant, dans chaque vent sur les joues, dans chaque couleurs après les grains, dans l’herbe fine et dense qui absorbent vos pieds à chaque pas. L’herbe est ici comme une brume qui fausse les limites des corps. Ici, on abandonne le contrôle visuel. 
Il faut faire confiance, on sait que tout est à sa place, et rendu invisible, absorbé moelleusement
ou privé du regard par des embruns, des vents à vous fermer les yeux.
 Le temps de fermer les yeux d’ailleurs et un nuage cotonneux a changé le décor au-dessus de la houle d’océan qui déferle, impassible.

Bye bye Ouessant, tu m’as bien eu encore.
Je reviendrais dans la tempête arrêter de pigner sur mon sort.

Tiphaine Legoupil

——————————
En compagnie de Patrice Bastard


Musiques
pleines de brumes, de force et de tendresse :

Booker T. & The MG’sGreen Onions
FACSSkylarking
Sheer KBad personn, triphop finistérien
The KillsDead Road
Yann ThiersenSur le fil. L’incontournable parrain d’Ouessant qui a transformé la boîte de nuit déserté en studio/résidence de musique
Christelle BerthonCalcutta. Une très rare harmoniciste
Arthur H & Nicolas RepacÀ La Crinière Du Cyclone
William HennesseyGlacier (Canada)

Idée de séjour : Ouessant pour 3 jours.
Au départ de Brest la balade est magnifique et le bateau à 500 m de la gare. Parking facile,
Vélos toutes tailles à louer mais le pied est plus pratique ; on fait  des boucles dans des chemins piétons. Les trottinette, skate ou roller perso sont parfaits pour aller vers les boutiques ou sortir à Lampaul. COUPE-VENT et chaussons obligatoires.

Laissez un commentaire