La Note blanche est de retour et très en forme mes chers auditeurs … Tant de choses à découvrir, à voir et surtout à écouter dans le monde de la musique …

Pour cette nouvelle émission, grande surprise, nous verrons que le jazz est aussi une histoire de style ! Quand le jazz apparut, il représenta une alternative flamboyante et spontanée à la morosité de l’ère victorienne. Plus précisément, le jazz fut accompagné de modes qui l’aidèrent ainsi à trouver sa place dans la culture populaire américaine : on l’identifia ainsi à la jeune génération. Les femmes qui adoraient danser le swing portaient leurs jupes et leurs cheveux courts. Les hommes quant à eux appréciaient les costumes colorés, bien coupés et larges, appelés zoot suits . Petit à petit, les jazzmen choisirent leurs vêtements de façon à renvoyer une meilleure image du jazz, plus élégante, et ainsi obtenir une reconnaissance sociale artistique. Dizzy Gillespie et Miles Davis, par exemple, mettaient un point d’honneur à être toujours très bien habillés, ce qui leur permit, plus ou moins directement, de jouer dans les salles les plus prestigieuses des Etats-Unis.

Tout d’abord, il faut savoir que les habits inspiraient le respect. Bing Crosby, Benny Goodman, Frank Sinatra et d’autres stars blanches de l’ère du swing portaient des costumes trois-pièces et des cravates, et cela devint la mode pour les jeunes américains. A partir des années quarante et cinquante, de nombreux musiciens noirs se mettaient en valeur en tenant à être toujours bien habillés. Par conséquent, en s’habillant de façon formelle, les jazzmen souhaitaient améliorer l’image du jazz afin de le rendre aussi respectable que la musique classique. Le jazz put progressivement entrer dans les salles de concerts les plus prestigieuses sans que les fans ne commettent d’impair vestimentaire en se rendant à ces concerts.

Je pencherai mes oreilles sur les différents styles vestimentaires de musiciens très très particuliers … Commençons par Miles Davis ! Dès ses débuts, le trompettiste et compositeur Miles Davis fut une référence en matière d’élégance vestimentaire. Effectivement, l’aura qu’il dégageait sur scène reposait en partie sur la façon dont il s’habillait, comme ce fut le cas pour Jimi Hendrix que nous aurons l’honneur d’écouter tout à l’heure ! Dans les années soixante-dix, le musicien se mit à porter d’énormes lunettes, des chapeaux noirs, des capes, et de longs manteaux de cuir qui le faisait ressembler à un super-héros si je puis dire ! En regardant des photos prises à différents moments de sa carrière, il est tout à fait clair qu’il apportait toujours beaucoup de soin à son image.

 

C’est parti pour une session électrochoc mais avec du style grâce à Miles Davis dans la Note blanche …

Playlist : 

  • Générique : « Musicawi » The Daktaris
  • Mixe 1 : Miles Davis 1) « Black Satin » 2) « Mr Freedom x » 3) « Trevere » (15’33)
  • Mixe 2 : Dizzy Gillespie 1) « A Night in Tunisia » (07’08)
  • Mixe 3 : Wynton Marsalis 1) « 2nd Line » 2) Art Blakey and The Jazz Messengers «Moanin» (13’71)
  • Mixe 4 : Jimi Hendrix 1) « Are you Experienced » 2) « All Along the watchtower» « Foxy Lady » 3) « Bold as love » (13’59)
  • Générique : « Musicawi » The Daktaris

Pour plus d’infos sur l’émission, rendez-vous sur le site officiel de la Note blanche: https://lanoteblanche.wordpress.com/2020/10/23/le-jazz-est-une-histoire-de-style/

Un commentaire

Laissez un commentaire