La Note blanche est une nouvelle fois de retour pour remplir vos oreilles de musique …

Pour cette émission, j’ouvrirai un deuxième chapitre sur l’histoire de la musique funk. La semaine dernière, nous avons tendu l’oreille sur James Brown, Curtis Mayfield, Shuggie Otis, Lee Field etc ! Par conséquent, pour ce deuxième opus vous aurez le privilège de connaître ou de découvrir beaucoup d’autres surprises musicales encore à venir !

Nous commencerons très fort en glissant lentement mais sûrement vers la voix à la fois angélique, sensuelle et funky de Stevie Wonder ! Stevie Wonder, comme vous le savez sûrement tous, est un auteur compositeur-interprète afro-américain. Aveugle depuis sa petite enfance, il a vendu plus de 72 millions d’albums et a reçu 22 Grammys awards et cela au cours d’une carrière qui s’étend sur un demi-siècle ! Dès son enfance, Stevie Wonder maîtrise de nombreux instruments notamment le piano, l’harmonica ainsi que divers instruments de percussion. Le musicien enregistre alors pour le label Motown dès l’âge de onze ans et son premier album est édité sous le nom de Little Stevie Wonder en 1962. Il obtient rapidement beaucoup de succès et ses propres compositions apparaissent sur ses propres disques ainsi que que sur ceux des autres artistes du label Motown.

Il commence à assurer lui-même le rôle de producteur en 1970 et à sa majorité, qu’il atteint en 1971, il entre en conflit avec son label et obtient une complète liberté artistique. En 1972, il sort l’album Music of my Mind entièrement réalisé par l’artiste qui commence à utiliser des synthétiseurs. Dans mes albums Talking Book et Innervisions, Wonder aborde des thèmes sociaux dans des chansons comme Big Brother ou Living For The City. Puis il continu de rencontrer le succès avec par exemple le morceau Superstition qui atteint la première place des hits parades dans les catégories pop et rhythm and blues. Le double album Songs in the key of life sorti en 1976 contient les hits comme « I Wish » ou bien « Sir Duke » qui est son hommage à Duke Ellington qui se classent en têtes des meilleures ventes aux Etats-Unis ! Passons à la musique, écoutons ce maître et je dirai même immergeons nous dans sa musique car j’ai concocté pour vous une petite rétrospective de ces grands hits qui méritent selon moi d’être entendu un milliard de fois !

Nous enchaînerons sur trente minutes de danse grâce à Stevie Wonder dans la Note Blanche …

Playlist:

  • Mixe 1 : Stevie Wonder 1)« I Wish », « Living for the city » 2)« Superstition » 3)« Higher Ground » 3)« Overjoyed » 4)« Pastime paradise » 5)« Too High » 6) Contusion » (27’09)
  • Mixe 2 :The Meters 1)« Strech your rubber band » 2)« Handclapping song » 3)« Tell me What’s on your mind » 4)« Funky Miracle » (09’56)
  • Mixe 3 : 1)« Obsession 77 » d’Atomic Forest 2) « Arif Sag » d’Osman Pehlivan 3)« Super funk » de Vern Blair Debate 4) « A Song for you » de Donny Hathaway (15’59)

Pour d’infos sur l’émission, rendez-vous sur le site officiel de la Note blanche: https://lanoteblanche.wordpress.com/2020/11/27/funky-good-time-partie-2/

Un commentaire

Laissez un commentaire